Les Mots Z’Arts Voyageurs (Voyagination)

Forum pour auteurs et artistes
 
 AccueilAccueil  Accueil  Espace Défis Publics  Livre des commentaires (visiteurs)   L'Espace Défi   Espace des auteurs   Articles/Édito/Livres de nos Auteurs  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les hautes heures des auteurs sur les étagères du

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Claire Obscur
Admin
Admin
avatar

Date d'inscription : 10/01/2016

13012017
MessageLes hautes heures des auteurs sur les étagères du













Le A comme auteur, le I comme imagination.
travaux d'Enluminure de l'auteur.







Les hautes heures des auteurs sur les étagères du milieu





Créér ma bibliothèque me dites-vous ?
Cela me rappelle la fois où je devais citer mes auteurs préférés.
Voici ce qu'avait été mon discours, il vous dira de qui sera composée ma bibliothèque.
[Cela est insensé ! Je ne le puis vous dis-je !
Comment voulez-vous que je choisisse ?
Comment oublierais-je les autres ? Ceux qui m’ont donné le goût de la lecture, ceux qui ont développé mon imagination, mais aussi l’imaginaire que je distingue du premier ?
Pourrais-je oublier, Hetzel, avec Maroussia qui fut sans doute le premier livre à tirer mes larmes de toute petite fille ? Et mes émotions qui jonglaient avec tant de frénésie lorsque je retrouvais la Comtesse de Ségur à « L’auberge de l’Ange gardien », avec son impressionnant général Dourakine, les sottises de Sophie que j’adorais, l’horrible madame Fichini que je détestais, la douce Camille, Paul, et les autres, que j’adorais aussi… et de mon premier amour Moutier, pour qui mon cœur battait et de ma rivale Elfy, à qui, au final, je laissais volontier Moutier, comme si leur bonheur devenait le mien.
Comment ne pas me remémorer ses autres battements lorsque je m’aventurais avec Claude, le garçon manqué tout autant fille manquée, dans les îles mystérieuses de Bretagne en compagnie de Club des 5 assorti de son fameux Dago ?
Et Giovannino Guareschi, que je lisais en cachette, et qui une nuit me fit rire aux éclats, ce qui me valut de me faire choper par mon père tout autant insomniaque que Don Camillo et moi-même, avant de replonger avec délice dans les frissons du diabolique et sournois Cagliostro, dans « Le Collier de la Reine de notre Dumas ?
Et celui qui m’a fait entendre la Garrigue et me lever aux aurores pour y chasser la Gallinette avec Pagnol ?
Et puis plus tard, les mots de Benard Clavel qui m’auront fait tant rêver dans sa « grande patience » guidée par « les colonnes du ciel » loin des « tonnerres de Dieu » jusqu’aux campagnes et aux pains chauds des mansardes paysannes, maintes fois édités. Il la disait si bien cette vie, que j’aurais pu la croire mienne et en avoir nostalgie. Il l’écrivait si bien que j’en sentais les odeurs et entendais les souliers fatigués faire craquer les brindilles du chemin. ! Ou que, à l’instar de Troyat s’étant frotté aux Royaumes du Nord enneigé et si fort tourmenté, ils me firent tous les deux frissonner, l'un se ruant au Canada, l’autre en parcourant dans un froid sibérien sa chère Russie.
Et Comment pourrais-je oublier ses amis qui devinrent les miens ; Bazin, Lanoux, Giono et notre Aymé, tous tant aimés.
Comment oublier le grand Victor et son Esméralda, ou son magnifique Jean Valjean ? Ou encore Balzac, Zola, qui m’apprirent à voir la réalité de la vie que nous torturons ?
Est-ce que je dois oublier aussi les Molière, les Corneille, les Racine, et même Voltaire qui me faisait déclamer et dessiner des scènes au crayon à papier pour l’illustration de notre classe, et où Bérénice oubliant Titus, croisait le Cid et en perdait son latin !
Et comment oublier les dimensions de ces auteurs à l’unique roman, qui aurait pu faire hurler le Grand Meaulnes et Alain Fournier dans les hauts du Hurlevent d’Emly Brontë ? Que de fougues contenues ou pas, que de ravages dans les éléments et les cœurs et que de délices à la fois… 

Si je devais vraiment choisir un auteur, le ferais-je par ce qu’il m’a laissé des paysages et des couleurs, le ferais-je par les rêves où il m’a emmenée, le ferais-je par ce sentiment qu’il me laissait me découvrir comme s’ils étaient mes propres ressentis ? Ou le choisirais-je à cause de la folie d’une Carole Martinez dans « Cœur cousu » ? Ou par la chaleur écrasante qui fait pleurer les pierres « Sous le soleil des Scorta » de Laurent Gaudé ? Ou l’énergie « des enfants de la Terre » de Jean Marie Auel ?
Devrais-je faire l’impasse sur tous les maîtres de la SF comme Issac Asimov, pour son « enfant du temps » ou Jimmy Guieu, ou encore Arthur C Clarke pour son « chants de la Terre lointaine » ? Devrais-je combattre à l’épée tous ses « héroïcs » fantastiques, en commençant par le premier d’entre eux qui marqua ma jeunesse en la personne de Barjavel, puis en passant par le merveilleux « Le livre des étoiles" d'Eric L'Homme ? Devrais-je donc faire table rase du sublime Seigneur de Tolkien qui engendra des anneaux tels les Gemmel, Lovecraft, Robert E. Howard, Michael Moorcock Anne Robillard, George R. R., Martin et Pierre Grimbert et de tant d’autres qui parcourent aujourd’hui les vastes sentiers de mondes improbables, et même en compagnie pourquoi pas, de Jean Van Hamme pour son Thorgal ?

Ou devrais-je écrire à celui que j’ai le plus lu et relu, je cite mon vénéré Stephen King ? Suivi d’un peu plus loin par Bernard Werber.
Comment voulez vous que je fasse un choix ? Si vous les jetiez tous à la mer et que vous me disiez, saute et sauve l’un d’entre eux… Vous me feriez mourir assurément, car je plongerais sans en sauver aucun, à vouloir tous les sauver… ou je ne plongerais pas et n’en sauverais… point. Comment alors pourrais-je survivre à cet acte effroyable.
J’ai donc décidé de faire autrement… Je vais écrire oui, mais à des auteurs qui ne sont pas connus, et qui depuis un certain temps font vibrer la corde que j’ai à mon arc, ou plutôt à celui de ma Muse, parce qu’ils savent tirer les flèches de leur carquois.
Ils habitent un Pays, un Pays je dirais... « Voyaginateur » Facebookien, bloguien, sitien, pays virtuels où les auteurs sont pourtant biens réels. Je sais que dans ces pays-là, il y en a beaucoup que je ne connais pas… Qu’ils m’accordent leur pardon, je n’ai que deux yeux, et qui n’y voient pas si bien que ça… Depuis un certain temps, ils se tournent en dedans et se ferment un peu. Mais je sais que le talent parcourt les rues de ce pays…

"Savez vous, amis de ce pays, qu'à vrai dire, la folie des uns, la culture des autres, poudrées de délicieuses odeurs d’épices, me captent si bien, que j’en oublie de lire autre chose. Savez-vous que je me dis parfois : dans ce pays, il y a des auteurs, oui, des auteurs qui ne sont pas connus, mais qui ont le talent et le mérite d’antan, celui d’écrire eux-mêmes leurs textes, et qui plus est, pour un peu qu'ils en arrivent à l'édition, à moins d'avoir de gros moyens, ils font en plus relecture, correction et mise en page pour leur cher editeur qui ne sera qu'un imprimeur... Et, ce qui ne gâte rien, ces auteurs-là, parfois, choisissent souvent de répondre à mes missives


Alors à Vous auteurs de ma bibliothèque de l'Univers, Merci.


_________________
Écrit par Claire Obscur     Tous droits réservés ©️


Vous inscrire, participer aux défis, écrire, commenter, c'est ici
Commenter sans vous enregistrer c'est ici
En bref pour tous ! But de La Vie : naître pour mourir. Zut, vous ne saviez pas ? J'ai bien dit "but de La Vie", pas " de ma vie"       
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagination.forumactif.org
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Les hautes heures des auteurs sur les étagères du :: Commentaires

héhé tu as tout dit... Lire lire et encore lire mais aussi relire et puis répondre, commenter... et pis c'est tout Kissous... et smoutchs... c

SEUMOooooUTCHEU !!!  vite un mouchoir !!!! hihihihi!!! clairefofolle
 

Les hautes heures des auteurs sur les étagères du

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mots Z’Arts Voyageurs (Voyagination) :: Espace auteurs :: Nouvelles-
Sauter vers: