Les Mots Z’Arts Voyageurs (Voyagination)

Forum pour auteurs et artistes
 
 AccueilAccueil  Accueil  Espace Défis Publics  Livre des commentaires (visiteurs)   L'Espace Défi   Espace des auteurs   Articles/Édito/Livres de nos Auteurs  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujet
Partagez | 
 

 Une chaussette pas comme les autres/ Claire O 2/2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Claire Obscur
Admin
Admin
avatar

Date d'inscription : 10/01/2016

03042016
MessageUne chaussette pas comme les autres/ Claire O 2/2


Rappel, 1ère partie http://voyagination.forumactif.org/t247-une-chaussette-pas-comme-les-autres-claire-o#2228

Une nuit, au pied d’un mur, alors que toute à son contentement, ne limace se délectait des dernières pousses vertes, elle avait trouvé, pleurant, un arbrisseau tout odorant arraché des mains de sa maman et prisonnier d’un pot aux allures de gardien méchant. Le pot bien malheureux de la peine de son hôte avait beau crier qu’il n’y était pour rien, et la terre avait beau faire de son mieux pour nourrir ce bébé sapin, rien n’y faisait. L’arbrisseau, privé de sa forêt, pleurait. l'arbrisseau et la limace, se retrouve au milieu du salon, car c'est Noël et il faut le décorer... mais une aventure attend notre exploratrice dans une chaussette remplie de sucrerie.



Et c’est bien là devant notre chaussette qui s’arrondissait en douceur que l’on retrouva notre famille intriguée. Les bosses de la chaussette, faites par les papillotes, bonbons, fruits secs et autres douceurs envoyées au matin disparaissaient à vue d’œil. Mais c’est toutefois dans l’œil étonné de nos deux géniteurs que l’on comprenait qu’une intrigue surprenante se jouait sous leurs yeux. N’osant se poser la question devant la ribambelle de leurs nombreux rejetons, chacun espérait en regardant son compagnon, lire sur son visage, ou bien encore dans ses yeux une explication à ce remue-ménage chausseteresque.. Les deux parents y allaient de copieux levés de sourcils en clins d’œil, de mimiques singulières en gestes insistants. Mais ni l’un, ni l’autre ne put déchiffrer ne serait-ce qu’un simple début de piste. Du statut de curiosité, la chaussette passa à celui d’inquiétant. Si les chérubins n’avaient eu la tête vissée dans la seule direction de leur nez humant les senteurs du Roi de la Forêt, ils eussent pu s’apercevoir de la rocambolesque comédie qui animait leurs parents. Mais ils en avaient cure. Seul le déballage des chaussettes et des présents les intéressaient. L’heure approchait, on allait bientôt savoir. Pour parfaire la tradition, on éteignit les lampes. Les douces lumières du Sapin diffuseraient allègrement leurs lumières féeriques dans la pièce. Les chaussettes bientôt révèleraient leurs secrets. On s’approchait à pas de loup, on tournait alentour, les plus grands zieutaient la pendule, les plus petits épiaient les plus grands. Que l’un des grands frères ou sœurs émette le moindre sursaut et tous les petits sauteraient dans un beau tohu-bohu, sur la chaussette qui portait leur prénom, car dans cette famille, on commençait toujours par les chaussettes ! Toutes les chaussettes furent attrapées dans la minute. Retroussées, détroussées, pillées, vidées, elles enchantèrent leur propriétaire.

Toutes ? Non, une irréductible chaussette résista et resta accrochée au mur…En fait, elle ne résista à personne, il aurait été inconvenant que le bébé sorte de sa poussette pour venir la décrocher… De plus, une chaussette ronde, remuante et suspecte ne pouvait se donner au bébé sans se faire vérifier le contenu. Le père armé d’une longue pince, prudemment, la décrocha du mur. Pendant ce temps, Dame Limace tout affolée par le remue-ménage marmonnait une prière à la Lune, aux boules lumineuses et aux guirlandes qu’elle voulait magiques.« -Oh Dame Lune, Déesse de mes nuits, oh, Boules de soleil aux couleurs des flammes éternelles et Guirlandes féériques empreintes de magie, veuillez préserver ma vie, je ne veux pas être mangée, je ne suis, je le sais qu’une chose que l’on dit dégoûtante, vilaine et baveuse, mais pourtant j’aimerais tant vous servir et devenir, si ce n’est jolie, au moins intéressante… et...heur.. surtout pas appétissante....p...pap..pas au point d’être mangée quand même ! » Rajouta-t-elle très vite ! et là, si elle avait pu se signer elle l'aurait fait.



Le père, tout armé au bout de son bras tendu, attrapa une autre pince, saisit la queue de la chaussette et la renversa au-dessus du sol couvert d’aiguilles vertes et douces. Une chose jamais vue en sortit. Une chose remuante qui déclencha de belles exclamations.
« Elle est verte !… Un peu jaune ! Ah, non, orange ?

- Pas du tout plutôt bleue !

- Ah… Mais, peut-être bien, mais au bout de la queue, elle est plutôt rouge ! Non ?

- Ah ben non, la voilà jaune ! » .



On ne voyait pas très bien et l’on mit cela sur le compte de la pénombre. Et les commentaires allèrent bon train, jusqu’à ce que la chose commence à s’illuminer. Et toute la beauté de Dame Limace apparut. Chacun y alla du même « Oh ! » Émerveillé. En effet, mi-vers luisant, mi-luciole, la Dame Limace transformée et toute enluminée, était merveilleuse !
Quel sublime présent pour la chambre du bébé ! Justement la veilleuse dont la maman rêvait ! Dame Limace, surprise, admirait ses lumières !

En demandant son dû, Dame Lune sa vraie Déesse, l’avait en même temps exaucée ! Bientôt, elle serait le gardien des rêves du nourrisson. Mais pour l’heure dans la nuit lumineuse, on la posa doucement sur l’arbre de fête.

De temps en temps, la nuit, quand la petite dans son berceau est endormie, Damoiselle Vers-Luciole descend tenir compagnie à son ami, planté tel un roi dans le jardin. Quand il pleut, elle s’abrite sous le pot libéré et enchanté. Ils ont retrouvé la Lune et La Mère qui nourrit, car Elles sont partout. C’est la même Lune et la même Mère pour les arbres, les hommes et leurs petits, pour les vers, les lucioles et les vers-lucioles, et même pour les pots.



Fin

Conte de Noël du 27 12 2014 écrit pour le défi d'écriture d’Ipagination. En fait écrit d’après une idée jetée en l’air par Jac à qui je parlais du projet d’écrire un conte en 2 jours. Lorsque je lui ai demandé s’il avait une idée, il s’est insurgé, « tu plaisantes ? » Enervé, il me jeta, « Tiens , chaussette et limace » m’a-t-il lancé d’un ton agacé…voulant  me signifier par là qu'il n'avait que faire de cette préoccupation, et sans doute persuadé que de ces deux mots, dont l'un n'était guère inspirant, et l'autre prodigieusement dégoûtant, je ne tirerais pas le moindre récit enchanteur. Il avait tort, car tout de suite, j’ai vu mon récit s'écrire dans ma tête. Merci Jac !

_________________
Écrit par Claire Obscur     Tous droits réservés ©


Vous inscrire, participer aux défis, écrire, commenter, c'est ici
Commenter sans vous enregistrer c'est ici
En bref pour tous ! But de La Vie : naître pour mourir. Zut, vous ne saviez pas ? J'ai bien dit "but de La Vie", pas " de ma vie"       
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagination.forumactif.org
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Une chaussette pas comme les autres/ Claire O 2/2 :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Une chaussette pas comme les autres/ Claire O 2/2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Les Mots Z’Arts Voyageurs (Voyagination) :: Du côté Claire Obscur :: Contes-
Répondre au sujetSauter vers: