Les Mots Z’Arts Voyageurs (Voyagination)

Forum pour auteurs et artistes
 
 AccueilAccueil  Accueil  Espace Défis Publics  Livre des commentaires (visiteurs)   L'Espace Défi   Espace des auteurs   Articles/Édito/Livres de nos Auteurs  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dorothée Bacon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tsu



Date d'inscription : 31/01/2017

11112017
MessageDorothée Bacon

[size=32]Dorothée Bacon[/size]
( Pissouse revenue du rien)

Quand Dorothée Bacon est rentrée en ville, le soleil s'est caché derrière un nuage. Et çà, tout le monde l'a vu, oui, tout le monde a vu Dorothée Bacon passer le panneau et le soleil se cacher. Et Dorothée est devenue un point d'interrogation pour des générations. Tout çà à cause d'un nuage.

Chacun pensait qu'il n'y avait rien après le village, le village était le seul monde connu des habitants et Dorothée était allé voir. De toute façon c'était une pissouse, alors personne n'avait été surpris. Que penser d'une fille qui grimpe aux arbres… Mais pourtant, il n'y avait rien à voir. C'est dingue, çà, quand même, la pissouse était prête à aller, finalement, ne rien voir quitte à tomber, car il faut bien se rendre compte que comme il n'y avait rien...si on y allait , on tombait dans le vide….

Maintenant, qu'allait-il se passer, çà faisait des mois que Dorothée Bacon était partie, autant dire que pour beaucoup, elle était morte et voilà qu'elle réapparaissait et que comme par hasard, le soleil s'était caché quand elle était arrivée à l'entrée du village… Alors quelques rideaux avaient été écartés, personne n'était certain qu'il s'agissait vraiment de la pissouse. Les gens changeaient de coté et la regardaient avec un dédain, ou plutôt avec gène, une crainte même. Les pauvres parents, la honte était sur leur foyer maintenant, eux qui avaient toujours été des voisins modèles. Il y avait quelque chose de différent chez Dorothée, certes, plusieurs mois avaient passés, elle n'était plus tout à fait la même. Sa peau n'était plus aussi blanche, ses cheveux n'étaient pas coiffés de la bonne manière, celle d'ici. Et, ses vêtements, où et comment les avait-elle transformés de cette manière. Peut-être avait-elle rencontré des démons. Beaucoup l'avaient toujours trouvé démoniaque, elle grimpait aux arbres, c'était un signe, non ?

Elle passa devant la maison des citoyens, devant le temple du vent et prit le petit chemin qui menait chez ses parents. Et si elle avait vu celui qui souffle le vent, pire encore, si sa bêtise l'avait mis en colère !!! Alors qui saurait quelle catastrophe allait s'abattre sur la communauté. Il y aurait une assemblée à la maison des citoyens , c'était certain. Et pour la première fois dans le monde serait décidé la mise à l'écart. Dorothée Bacon le savait, ses parents le savaient, bientôt elle ne serait plus que Dorothée la sans voix. Car, c'était ainsi, enfin ce serait ainsi, celui ou celle qui était mis à l'écart, n'avait plus le droit à la parole, il devenait un « sans voix ». Et, jamais cela n'était arrivé. Décidément, Dorothée la pissouse aura vraiment toujours été la première en tout.

Quand elle arriva chez elle, son père la regarda et continua son ouvrage. Il avait une fille en moins maintenant ! Sa pauvre mère, rongée par la honte, lui ouvrit la porte et posa une assiette. La nuit allait être longue et demain quand le recteur du vent aurait soufflé trois fois la trompe à vent, tout le monde se réunira pour le jugement. Dorothée, elle dormit comme un nouveau né. Elle était rayonnante, en réalité, et fatiguée. Et si c'était un message du rien qu'elle apportait au monde ? Beaucoup ne fermèrent pas l'œil cette nuit là. La peur c'était installée.

La tenue de jugement avait été mise sur la table, car même si cela ne s'était jamais produit, tout le monde en avait une. La simple crainte de savoir qu'on en avait une était suffisante pour ne pas enfreindre la loi des vents. Dorothée, regarda l'habit préparé mais n'y toucha pas. Elle sourit et sortit, suivie à quelques mètres par ses parents et ses deux sœurs. Les rues étaient vides, les maisons également, tout le monde se demandait si le soleil allait encore se cacher derrière les nuages à la vue de Dorothée la pissouse.

Le silence était pesant dans la salle principale, il faut dire que, comme c'était la première fois qu'une telle chose se produisait, personne ne savait à quoi s'attendre, ni ce qu'il fallait faire en réalité. Dorothée jeta un œil circulaire sur la communauté et esquiva une léger sourire. C'était difficile à décrire, mais on aurait cru qu'elle les plaignait en quelque sorte. Elle avait l'allure d'une rectrice du vent, et pourtant jamais au grand jamais, on avait connu de rectrice du vent. Elle ne s'assit pas, continua à sourire, et écouta avec amusement les différents intervenants, la condamnation était l'issue évidente et les voix étaient graves, puis emportées, furieuses.

La tension était telle que certains crièrent en levant les mains au ciel. D'autre s'évanouirent. Vint alors le temps des injures, des investigations, oui, il fallait que la maudite soit châtiée. Alors au comble du désordre et de la vindicte, le recteur du vent, dont le regard s'était soudainement transformé en un océan d'horreur et de colère plongea les yeux dans ceux de Dorothée Bacon et lui ordonna de dire à tous ce qu'elle avait vu au-delà du monde, et d'avouer qu'elle n'avait vu, comme il était écrit et enseigné depuis l'aube des temps, que le vide, le rien. Tout à coup, le silence fût. L'assemblée fixait Dorothée et attendait. Dorothée regarda chacun et chacune, il n'y avait pas de peur mais de la tendresse dans ses yeux. Et, vous le croirez ou pas, son regard était celui d'un ange, un ange malicieux certes, après tout c'était une pissouse, mais celui d'un ange malgré tout. Le monde était ainsi pendu à ses lèvres.

Alors Dorothée ouvrit la bouche…

- Vous me demandez de vous dire ce que vous souhaitez entendre ? Hé, bien non !!! Je ne vous dirai rien ! Allez voir vous-même !!!

Il y eut des cris, vous devez bien vous en douter, des hurlements même, des pleurs, des incantations. Maintenant il était certain que le monde serait maudit jusqu'à la fin des temps.

Dorothée était vraiment une sacrée pissouse, il n'y avait plus de doute là-dessus. Elle sortit et ne rentra pas chez elle, mais s'installa dans une petite cabane juste à la lisière du monde.

Tout allait reprendre le cours des choses maintenant, si le monde redevenait tel qu'il n'aurait jamais dû cesser d'être, il serait épargné.

Seulement voilà, deux jours après, Tom Lerouge et Sarah Lasavante, un balluchon sur l'épaule, prirent la direction de la fin du monde…..


D.C
Revenir en haut Aller en bas
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Dorothée Bacon :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Dorothée Bacon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mots Z’Arts Voyageurs (Voyagination) :: Espace auteurs :: Nouvelles-
Sauter vers: