Les Mots Z’Arts Voyageurs (Voyagination)

Forum pour auteurs et artistes
 
 AccueilAccueil  Accueil  Espace Défis Publics  Livre des commentaires (visiteurs)   L'Espace Défi   Espace des auteurs   Articles/Édito/Livres de nos Auteurs  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Melek Sengül

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tsu



Date d'inscription : 31/01/2017

14042017
MessageMelek Sengül

Melek Sengül
( 70 battements à la minute )


Il y a un musée incroyable à Ankara, et comme c'est à cinquante kilomètres de chez moi et que c'est là-bas que mon père travaille, la soirée est déjà bien entamée quand il rentre. Et nous, on sait qu'il aura toujours quelque chose à nous raconter, avec ma mère et ma sœur, on s'assoit pendant qu'il suspend sa veste dans l'entrée, et on attend. Il nous embrasse, nous sourit et ferme toujours les yeux quelques secondes pour humer l'odeur de thé et profiter de la toute première gorgée.

Nos soirées sont toujours sans complication, merveilleuses, rassurantes, Papa rentre et dans le rituel quotidien, effectue les mêmes gestes, et tous les soirs nous attendons de boire ses paroles. A chaque fois, au milieu du repas, il arrête de parler, nous regarde et nous demande de lui raconter notre journée. Mais, hier soir, il ne parlait pas trop, il nous écoutait avec son sourire, et son regard direct et profond, puis à quitté la table en nous disant qu'il allait se coucher, qu'il était un peu fatigué aujourd'hui.

Alors, j'ai aidé ma mère à tout débarrasser et je suis allé nettoyer mes chaussures, car si il y a bien un truc que je déteste au-dessus de tout, c'est d'aller courir avec des chaussures qui ne sont pas d'une propreté impeccable. Car moi, Melek Sengül, je suis une des meilleurs coureuses de demi-fond d'Anatolie et si je réussis à finir dans les cinq premières lors des prochains championnats régionaux, je serai qualifiée pour le championnat national. Alors, tous les matins, je vais m'entraîner dans les alentours de Kazan, pour pouvoir intégrer l'équipe olympique de Turquie aux prochains jeux olympiques. Et c'est aux prochains championnat national que seront désignées les coureuses. J'en dors plus, je me mets la pression toute seule, en plus le championnat à lieu à Ankara, autant dire que je vais courir à domicile.

Ce soir, je reste un peu sur le mur, à coté de la niche du chien, et je regarde les étoiles, il n'y a pas de vent, il fait chaud et je pense à mes jeux olympiques, aux applaudissements de la foule, debout, quand j'accélérerai dans le dernier tour. Quand je rentrerai chez moi, je donnerai ma médaille à mon père, et sur le chemin, tout le monde sera là, on me jettera des fleurs, les musiciens joueront sur la place principale, et mon professeur de sport répondra aux journalistes.

Mais, là, il est dix heures, et le sommeil, même si je ne suis pas fatigué, fait aussi partie de la préparation. Ma mère est encore dans la pièce principale, elle fait de la couture, je l'embrasse. Elle me souhaite de faire de beaux rêves, et c'est là que je remarque son regard…. Il y a un truc, déjà, j'ai trouvé bizarre que mon père soit silencieux, et là, les yeux de ma mère ont un petit air malicieux… J'en suis sûre, tout çà, c'est une mise en scène, y a une surprise qui nous attend, de toutes manières, si maman fait beaucoup de chose et me surprend toujours, il y a bien une chose pour laquelle, elle n'a aucun talent… c'est faire l'actrice. Je la regarde, non, décidément, elle n'a jamais pris de cours de théâtre. Je le lui dit, et elle joue l'étonnée avant de pouffer de rire en m'ordonnant d'aller me coucher.

J'ai tiré le rideau, à l'entrée de ma chambre, je suis allé jusqu'à la fenêtre pour fermer le volet de bois, et c'est en me retournant que je l'ai vu, poser près de mon oreiller. Un paquet, dans un emballage de chez Sport et Sport, un de mes magasins de vêtements de sport d'Ankara préféré. Alors, j'ai pris tout mon temps, comme dans les films américains, j'ai tout fait au ralenti, je me suis approchée de mon lit au ralenti, je me suis assise au ralenti. J'ai enlevé le morceau de scotch en abîmant le moins possible le papier. J'ai mis ma main à l'intérieur et j'ai touché le tissus. Ça ne peut pas être un t-shirt, et je ne sens pas de manche, pas un short, je ne montre pas mes jambes. Je vais encore faire durer le suspens, je sors le tissus en ferment les yeux, je prends une bonne respiration… et j'ouvre doucement les yeux.

Oui...oui...ooouuuiiii !!! Zut, j'ai dû réveiller ma petite sœur. Je saute de mon lit, je tape des pieds, je saute en l'air. Je cours dans la chambre de mes parents, je sais que papa ne dors pas, j'embrasse maman, je saute sur le lit. Mon père fait semblant d'avoir été réveillé mais on ne me la fait pas…. Je vais avoir du mal à dormir, il faut que je mette le réveil plus tôt pour aller courir demain.

Kazan, province d'Ankara, sept heure du matin, moi, Melek Sengül, future championne de demi-fond, je vais sortir m'entraîner, je sers mes lacets comme il faut, et devant la glace, j'ajuste pour la dixième fois mon hijab Nike, rouge en plus.

Je fais quelques étirements, et avant de partir, je vois mon père qui me regarde en souriant par la fenêtre.

Je lui souris, et je m'élance.

D.C
Revenir en haut Aller en bas
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Melek Sengül :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Melek Sengül

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mots Z’Arts Voyageurs (Voyagination) :: Espace auteurs :: Nouvelles-
Sauter vers: