Les Mots Z’Arts Voyageurs (Voyagination)

Forum pour auteurs et artistes
 
 AccueilAccueil  Accueil  Espace Défis Publics  Livre des commentaires (visiteurs)   L'Espace Défi   Espace des auteurs   Articles/Édito/Livres de nos Auteurs  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujet
Partagez | 
 

 Papa, mon papa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Claire Obscur
Admin
Admin
avatar

Date d'inscription : 10/01/2016

24112016
MessagePapa, mon papa




Tu grattais obstinément les draps de ton lit
Tu montrais, inquiet, de tes yeux affolés
L'invisible à nos yeux mais que toi tu voyais.
Nous on était là, regardant tes soubresauts
Accompagnés de l’œil qui demandait secours
 
Tu n’avais plus la force de pousser des cris
Tu étais allongé, prisonnier, muselé,
Tu te savais perdu, nous ne pouvions nier
Tu avais refusé et perruque et chapeau
Nous étions impuissants devant le souffle court
De ton corps émacié, qui’n pesait plus bien lourd
 
Quand tu grattais les draps on savait bien pourquoi
Morphines et palfium pour chasser la douleur
Donnaient en échange des visions d’horreur
Qui t’offraient en pâture à des monstres voraces
Nous grattions avec toi ce qui te faisait peur
Espérant t’apaiser jusqu’à ce que ça passe
Mais les cauchemars étaient là sous notre toit.
 
Tu luttais affaibli avec un air hagard
Repoussant la piqure infernale au plus tard,
Préférant supporter jusqu’à ne plus pouvoir
La douleur mortelle t’emportant peu à peu.
Plutôt que succomber aux peurs des cauchemars
On refoulait nos larm’on espérait l’espoir
Mais la souffrance avait des crocs déjà terreux
Et n’en finissait plus de promettre le noir
 
La nuit venait déjà s’infiltrer dans tes yeux
Et pourtant ton murmure quêtait le pardon,
Comme si tu étais vil auteur d’une faute,
Tu t’inquiétais pour nous, t’accusant d’abandon
Dans cette destruction dont tu n’étais que l’hôte,
Tu pensais à nous, ta femme et tes deux filles,
Tu oubliais que tu n’avais plus d’avenir
Pour ne t’inquiéter que de notre devenir.
Mais nous, juste on t’aimait, nous étions ta famille.
 
Comment dire alors que ta crainte était aiguille,
Que ce souci pour nous filait comme une anguille.
Papa, mon papa, c’est ta vie qui s’enfuyait
Papa, mon papa, l’avenir on s’en fichait.
Maman à ton chevet à se faire disputer
Loin de la maison dans l’éther et les murs blancs
Juste trois minutes elle s’est absentée,
Trois minutes pour se laver, prendre un café.
Qu’elle n’a pas bu, toi tu en avais profité.
Tu es parti ce jour d’avril seul et discret.
 
La souffrance a fini d’allonger sa douleur
Et mes vers sont pour toi dans cette vie d’ailleurs
 
Papa, papa mon papa, quarante ans déjà,
Rien ne s’est effacé, je pense encore à toi,
Tu t’es perpétué, tes filles ont des enfants,
Et un arrière enfant seulement pour l’instant,
Tu vois, papa mon papa, tu es toujours là.



écrit et posté sur Ipagination (vaincre le cancer) 
en novembre 2014

_________________
Écrit par Claire Obscur     Tous droits réservés ©️


Vous inscrire, participer aux défis, écrire, commenter, c'est ici
Commenter sans vous enregistrer c'est ici
En bref pour tous ! But de La Vie : naître pour mourir. Zut, vous ne saviez pas ? J'ai bien dit "but de La Vie", pas " de ma vie"       
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagination.forumactif.org
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Papa, mon papa :: Commentaires

avatar
Re: Papa, mon papa
Message le 25.11.16 9:18 par Vividecateri
oui je me souviens de ce texte... et d'avoir pensé non pas à mon père mais à un ami qui est parti pendant que je le veillais, je le soignais en palliatif depuis quelques mois... des mois a faire le clown, et tout le reste...  par amour sans doute pour sa maman et son épouse... il a profité de moi ce beau salaud pour se laisser partir pendant que j'étais là... près de lui... il a ouvert grand les yeux et son regard s'est éteint dans le mien avec mes mots... au revoir Pierre au revoir en lui tenant la main... je ne l'ai pas lâché ni des yeux ni du coeur ni sa main... et... elles sont arrivées... et quand elles ont vu mon regard elles ont tout compris...l'interne est arrivé... d'émotion en constatant le décès(il était jeune) il a saigné du nez...sans doute son tout premier vrai mort, je lui ai tendu un mouchoir...Les femmes de Pierre se sont précipitées vers lui...j'ai regardé la scène de pleurs et... je suis partie... je me suis assise sur un banc dans le parc et j'ai regardé la fenêtre de la chambre... ils baissaient les stores... mon ami s'est envolé bien avant... je n'en suis pas encore remise et cela fait 30 ans...Oups... je file  kissous je sais la peine que tu ressens... Pour la façon qu'ont les moribonds de gratter les draps... ma grand-mère avait une expression bien a elle ... Elle disait qu'ils faisaient leurs paquets... leurs valises si tu veux... pour partir...


Dernière édition par Vividecateri le 25.11.16 15:39, édité 1 fois
avatar
Re: Papa, mon papa
Message le 25.11.16 13:50 par Claire Obscur
Ce commentaire là, tu ne me l'as jamais fait... Enfin, il me semble car, si c'est un poème que j'ai complètement oublié de remettre, même s'il est l'un de mes préférés (pourtant j'y ai pensé plusieurs fois, et mon cerveau avait imprimé qu'il était déjà posté. Ce n'est peut-être pas innocent, car j'ai hésité à le remettre. La douleur et notre état psychologique aussi, parfois, nous font garder des choses comme secrètes), je me souviens bien des réactions et des retours que j'ai eu... Tu m'avais parlé effectivement de cet ami, mais pas dans ces termes, plus courtement, mais je me rappelle qu'il avait filé pendant que tu le veillais.C'est un poème qui m'avait laissé des traces dans les commentaires.
Merci Vivi de l'avoir relu...
Faut vraiment que je fasse mon côté blog de façon plus régulière... mais j'ai l'impression que le temps aussi me file entre les doigts.
 
Biskissyou...


Dernière édition par Claire Obscur le 28.11.16 20:06, édité 1 fois
avatar
Re: Papa, mon papa
Message le 28.11.16 14:46 par EPONINE52
Je me  souviens comme si c'était hier de ce poème bouleversant et émouvant à l'extrême, j'arrive jamais à la fin sans avoir les yeux embués, le mien est parti aussi en avril quand j'avais ton âge alors je comprends vraiment bien. Je me souviens ma grand-mère disait tout le temps que quand une personne allait partir, elle ramenait sans cesse le drap à elle, c'est vraiment curieux. J'ai mis aussi à peu près 35 ans avant de lui écrire un poème, avant j'y arrivais pas. Alors ma clopine en toute objectivité CHAPEAU A RAS DE TERRE pour tes vers si beaux, un bel hommage mais tu as raison, ils sont toujours là avec nous. On dit qu'il faut faire son deuil pour avancer mais j'crois pas parce que j'ai pas envie de faire mon deuil, j'peux avancer avec lui à mes côtés ! voilà ! gros gros bisous tendresse ma clopine et douce semaine loin de toute peine ! J'ai une sinusite terrible !  No
avatar
Re: Papa, mon papa
Message le 28.11.16 20:20 par Claire Obscur
Merci Epo, oui je me souviens aussi que tu avais perdu ton papa au même âge. Tu as raison, ils sont dans nos cœurs pour toujours... Peut-être qu'ils sont ensemble à regarder nos conneries, qui sait... Alors je veux qu'ils voient que nos parties de rigolade, et que quand on est heureuse... Moi non plus, il est hors de question que je fasse mon deuil des personnes que j'aime. Je veux penser à elles, et même parfois, je le leur dis...
Pour la sinusite, c'est comme toi, mais moi je m'en suis pas aperçue, c'est le mal de tête qui ne partait pas qui m'a mis la puce à l'oreille, du coup j'ai tenté des siphonages à l'eau de mer... C'est extrêmement douloureux, et il faut le faire plusieurs fois et plusieurs jours de suite ouille...ouille ouille ...après, je t'assure, tu ressuscites.... tiens je t'envoie la panoplie TêtORL !Bisous et merci de m'avoir lue.
Re: Papa, mon papa
Message  par Contenu sponsorisé
 

Papa, mon papa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Les Mots Z’Arts Voyageurs (Voyagination) :: Du côté Claire Obscur :: Poèmes-
Répondre au sujetSauter vers: