Les Mots Z’Arts Voyageurs (Voyagination)

Forum pour auteurs et artistes
 
 AccueilAccueil  Accueil  Espace Défis Publics  Livre des commentaires (visiteurs)   L'Espace Défi   Espace des auteurs   Articles/Édito/Livres de nos Auteurs  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Moon et Anika

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
priscilla

avatar

Date d'inscription : 20/07/2016

18092016
MessageMoon et Anika

         Elle arriva chez elle aux alentours de midi, toujours perdue dans ses pensées.
         À la vue de sa fille, Céleste pensa qu’elle avait raté son examen. Elle serra son enfant dans ses bras.
« Ce n’est pas grave ma chérie, tu l’auras la prochaine fois.
- Mais je l’ai eu.
- Alors pourquoi cette tête ?
- Maman, que vais-je faire maintenant ?
         Céleste qui ne s’attendait pas à une telle question, ne sut quoi répondre.
« Monsieur l’instituteur m’a proposé de devenir enseignante… Mais avant aujourd’hui, je n’y avais jamais pensé, tout ceci me paraissait si loin. Je ne sais pas ce que j’ai envie de faire. Maman, aides-moi s’il te plaît.
- Ma chérie, je suis désolée, mais la seule chose que je puisse te conseiller est de prendre ton temps pour y réfléchir. Je ne peux pas prendre cette décision à ta place.
- De quoi parlez-vous toutes les deux ?  Demanda Lëan en entrant.
- De rien de passionnant. Comment vas-tu mon papa ?
- Très bien ma chérie ! Je te souhaite un très joyeux anniversaire ! » Dit-il en lui déposant un baiser sur le front. S’adressant à sa femme, il demanda :
« - Lui as-tu donné ?
- Non, je t’attendais.
- Vas le chercher alors s’il te plaît. »
         Céleste revient quelques secondes plus tard avec un sac. Elle le donna à son mari.
« Ceci, dit-il en donnant le sac à sa fille, est, comment dire… un souvenir. Ce n’est pas ton vrai cadeau de notre part. En réalité, ce sont tes vrais parents qui te l’ont laissé. Aujourd’hui, tu es une jeune femme et tu as le droit de savoir. Ceci est bien peu, mais cela pourra peut-être t’aider à comprendre certaines choses. »
         Moon saisit le sac et regarda à l’intérieur. La première chose qu’elle en sortie était une magnifique robe bleu pâle, sertie de minuscules diamants bleus, un col en V et des manches trois-quarts.
         Elle sortit également du sac un pendentif, et tout au fond, une lettre.
« - Je suppose que c’est une lettre de tes parents, nous ne l’avons jamais ouverte. Tu es libre de la lire quand tu le souhaiteras, avec ou sans nous. C’est toi qui décide. »
         L’émotion envahissait Moon par tous les pores de sa peau, à un point tel qu’elle sentait ses yeux se gonfler de larmes.
« Je ne dois pas pleurer. » Pensa-t-elle.
         Elle observa le pendentif et vit qu’il s’ouvrait. À l’intérieur, deux portraits, un jeune homme et une jeune femme. Très beaux tous les deux, mais tellement différents l’un de l’autre…
« - C’est étonnant de voir à quel point je ressemble à cette jeune femme. » S’exclama-t-elle.
         Elle regarda ses parents et leur dit :
« Merci à tous les deux, je sais ce que cela représente pour vous, comme vous savez ce que cela représente pour moi ! »
S’adressant à sa mère, elle lui demanda de venir l’aider à passer sa robe. Elle rangea la lettre au fond du sac et pris le tout pour aller dans sa chambre.
         Céleste aida sa fille, lui accrocha le pendentif autour du cou.
         Lorsque Lëan vit sa fille, il se dit que jamais il n’avait vu une jeune femme aussi belle. Même la beauté de Céleste était éclipsée par la grâce de Moon.
         Après le repas, Moon demanda si elle pouvait aller se promener.
« Tu es une adulte maintenant, tu n’as plus à nous demander la permission ; par pure politesse, nous prévenir suffit. »
         Remerciant ses parents du regard, elle sortit se balader dans le village.
         Les rues étaient bondées, les ménagères nettoyaient leur devant de porte, les enfants jouaient aux brigands et policiers courant partout dans la rue, les hommes travaillaient : le forgeron était à sa forge, le boulanger à son levain, l’épicier et le barbier ré-ouvert leur boutique. Les autres réparaient ce qui avait besoin de l’être ou encore coupaient du bois pour le menuisier du village, qui réputé à travers le pays, avait beaucoup de commandes.
         Moon les observait, tous très occupés par leurs tâches quotidiennes, et plus elle les regardait, moins elle souhaitait leur ressembler. Cibella, son amie vint à sa rencontre et la sortit de sa torpeur.
« Bonjour Moon ! Tu as l’air bien songeur ! dit la jeune fille à son arrivée.
- Oui, j’avoue, je viens de réussi mon examen et je réfléchis à la suite…
- Je comprends… Waouh ! Ta robe est vraiment magnifique !
- Merci Cibella. Que fais-tu cet après-midi ?
- Avec les copains, on pensait aller se baigner au lac et faire un petit goûter sur place. Ça te tente ?
- La baignade, non, par contre, je veux bien un goûter au bord du lac !
- Allons-y ! »
         Les deux amies partirent en direction du lac. Il se trouvait à l’opposé de la « Forêt Maudite. » Lorsque les deux jeunes femmes arrivèrent, tous furent éblouis par la beauté et la grâce de Moon. Elle avait laissé ses longs cheveux bruns tomber en cascade le long de son dos.
         Ils passèrent un très bon après-midi. Un peu avant le coucher du soleil, chacun rentra chez lui.
           Moon et Cibella étaient sur le chemin du retour quand cette dernière demanda à Moon si elle pouvait passer la soirée chez elle car ses parents étaient absents et qu’elle ne voulait pas rester seule. Elle lui demanda également de lui accorder quelques minutes le temps qu’elle passe se changer chez elle, ses vêtements ayant été mouillés…
         Pendant ce temps, les parents de Moon terminaient de placer les dernières décorations de la fête surprise en l’honneur de leur fille.
         Toute la maison était enfin décorée, les invités tous présents, il ne manquait plus que l’invitée principale.
          Cibella avait enfin terminé. Elle avait mis bien plus que cinq minutes. Elles arrivèrent enfin chez Moon. La maison était plongée dans la pénombre. Moon savait qu’il y avait une bougie et une boite d’allumettes sur la table à manger. Elle s’en approcha, tâtonna et trouva enfin ce qu’elle cherchait. Elle gratta une allumette, et alluma la bougie. À ce moment-là, des cris retentirent tout autour d’elle en un grand « SURPRISE ».
         Tous ses amis étaient réunis pour fêter son anniversaire, et son diplôme.
         Moon était très heureuse à cet instant précis, mais elle savait que l’ombre des questions qu’elle se posait était prête à ressurgir.
         La fête se déroula à merveille et Moon profita de chaque instant de celle-ci. Elle ne le savait pas encore, mais ce serait la dernière en cet endroit.
Le lendemain matin, Moon se sentait quelque peu différente. Elle se leva pour se regarder dans son miroir. Elle était pourtant la même, en tout cas, elle avait la même tête, le même corps, les mêmes mains et pieds que la veille. Elle mit ses vêtements d’entraînement comme chaque matin, bien avant l’aurore et partit courir. Ce matin, elle fut aussi rapide que le guépard, aussi souple que la panthère et aussi discrète que la souris… 
Revenir en haut Aller en bas
http://Le mondedellya.blogspot.com
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Moon et Anika :: Commentaires

avatar
Re: Moon et Anika
Message le 18.10.16 2:55 par Claire Obscur
Comme je te l'ai dit je survole pour me rappeler et j'ai aperçu quelques petites coquilles. Je t'en signale quelques unes... J'avoue que j'en ai vu d'autres dans le premier et que je n'ai rien dit. Je ne sais pas si ça peut t'aider... qui sait, tu éditeras peut-être un jour ?
après le 1er dialogue, 2ème § "elle en sortit"
Oui, j’avoue, je viens de réussir mon examen et je réfléchis à la suite…
demanda à Moon si elle pouvait passer la soirée chez elle car ses parents étaient absents et (qu’)elle ne voulait pas rester seule. ici par exemple, et ce n'est que mon avis, mais le "qu" alourdit la phrase qui se comprend très bien si tu l'ôtes tout comme, un peu plus loi, chacun rentra chez soi. mais je ne suis pas sûre de moi, c'est peut-être plus une habitude d'entendre cette formule plutôt que chacun chez lui.
Merci Priscilla je file à la suite !
 

Moon et Anika

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mots Z’Arts Voyageurs (Voyagination) :: Espace auteurs :: Nouvelles-
Sauter vers: